• Pourquoi on fait tout ça ?

    2012.11.18 - Islisberg

     

    Après une journée comme celle de hier, une autre ou on est tellement proche...

    mais tellement  loin de ce qu'on souhaite.

    Après une journée comme ça, on se pose des questions

    des questions comme : Devrais-je arrêter ? Continuer ? Pourquoi...

    Car, pourquoi est-ce que moi (ou mes parents) on paie autant, 

    pour courir pendant quelques secondes sur un parcours, 

    qui de plus et souvent moche et inintéressant.... 

    Pourquoi je devrais me casser la tête, à trouver des moyens d'atteindre des manèges

    ou des salles pour concourrir?

    Pourquoi quand je regarde la liste de départ, et que je vois des noms connus, 

    je commence à stresser "va falloir être plus rapide que eux" tout en sachant que... c'est

    tout bonnement impossible...

    Pourquoi s'entraîner autant, perdre tellement de temps à attendre, si on a rien en retour...

    On perd, tant pis, on gagne, tant pis aussi.

    Quelles sont les raisons qui me poussent à quand même continuer, à quand même tenter

    de convaincre chaque fois mes parents de m'amener ici ou la, pour que je rentre 

    ensuite pendant 2 à 3h en train, avec chien et box gigantesque (bonjour le regard des gens)?

    Je ne comprends pas ce qui me motive, ce qui me pousse à continuer. 

    Ce n'est certainement pas une envie de gagner, ni une question

    "d'apprendre de ses erreurs" 

    et nouvellement, non plus une question de "prendre du plaisir".

    J'y vais, pour y aller. Sans plus ni moins.

    Passer une journée, moitié assise, 1/8 sur le parcours, 1/4 en balade et le reste en train/bus

    C'est juste un fait, c'est comme ça, ça fait partie de moi, je ne pourrais l'expliquer.

    Faire quelque chose, machinalement, sans vraiment être convaincu, sans vraiment y prendre 

    plaisir à 100%.

    Faute à qui ? Pas à ma boule de poils qui fait de son mieux, faute à moi et à mon manque de 

    temps, de motivation ou de vitesse ? 

    J'en sais rien, mais on va continuer, juste comme ça, juste pour... ça, c'est à dire :

    rien.

    « 27.10.2012Malys et l'agility, ou comment la chance c'est pas notre truc »